À la découverte de la faune et flore iranienne

L’Iran fait partie des pays les plus riches en découvertes. Disposant de nombreux atouts, il continue de fasciner ses visiteurs venus des quatre coins du globe. Ayant hérité d’un passé prestigieux, le territoire renferme un grand nombre de sites archéologiques qui émerveilleront, sûrement, les amateurs d’architecture. Le circuit classique d’un séjour en Iran comprend la visite d’Ispahan, de Shiraz et du fameux Persépolis, sans oublier Yazd et Kerman. L’environnement iranien est, en outre, formé par la topographie. En effet, il s’agit d’un pays d’altitude avec en moyenne 450 m. Environ 11 % de son territoire est boisé. Avec des écosystèmes diversifiés, la contrée affiche des variations climatiques importantes. Cela implique également une pluviosité présentant des écarts comparables. Toutes ces raisons expliquent l’existence d’une grande variété d’espèces végétales. Au nord, entre autres, la mer capsienne abrite une forêt tempérée riche en hêtre, en noyer, en frêne… On y recense 50 variétés d’arbres ainsi que 60 variétés d’arbustes au total. Sinon, afin de découvrir la flore iranienne, des randonnées à cheval sur plusieurs zones phyto-géographiques sont à privilégier.

Une flore préservée

Le territoire iranien est constitué de cinq régions écologiques, à avoir, les basses terres de la capsienne, le plateau iranien, la Zafors, l’Ebourz-Khorassan et les basses tettes du golfe Persique. Affichant une grande quantité de biotopes et de biomes, le pays accueille de nombreuses espèces floristiques. La végétation irano-turnienne couvre, notamment plus de 85 % de la contrée. La flore semi-désertique se compose, par ailleurs de plantes halophiles et la steppe est surplombée par l’aristida plumose et l’armoise herbe blanche. Dans les zones hautes montagnes, on trouve des essences à épines comme les astragales. Hormis cela, 1/10 e de la superficie du pays, notamment dans la plaine capsienne, est couvert de forêts. Les essences qui y sont les plus fréquentes sont le chêne, le parrotie de Perse, l’érable de Perse et l’Orme du Caucase. Sinon, les forêts de l’ouest abrite le laurier-cerise, le laurier d’Alexandre, de Buuxus, d’hyrcane, d’Ilex… En somme, les séjours en Iran, mis à part la découverte de sites archéologiques d’exception, représentent des opportunités pour réaliser des vacances dépaysant dans une nature abondante.

Et la faune ?

La faune iranienne, comme pour la flore, est composée d’une importante diversité d’animaux sauvages. Les zones désertiques constituent l’habitat naturel de nombreux félins. On peut y voir des guépards asiatiques et des guépards d’Iran, plus précisément aux alentours du Dasht-e-Kevir. Les principales proies de ces animaux sont la gazelle indienne, l’onagre du désert, les bezoars Ibex et l’urial. D’autres félins sont également présents, à l’instar du caracal, le chat des sables, le chat de pallas, le lynx du Caucase et le léopard de Perse. En outre, un séjour en Iran est une occasion pour les amateurs d’ornithologie des découvrir de nombreuses espèces d’oiseaux migrateurs. Nichée dans les zones sableuses très arides, l’Outarde houbara d’Asie surprendra, sans doute, les visiteurs. Il s’y trouve également le Traquet à capuchon et le Traquet du désert, ainsi que le Sirli du désert, la Fauvette naine et le Roselin.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire