Histoire et définition de la mode éthique

Le développement de la fast fashion et la couverture médiatique des pratiques inhumaines dans les usines de production ont suscité un débat sur l’industrie de la mode actuelle et sur la durabilité de son modèle économique. Les termes « mode éthique », « mode durable » et « mode écologique » décrivent une industrie qui est apparue comme une alternative aux vêtements produits en masse, où le consommateur n’a que peu ou pas de visibilité sur les pratiques environnementales et sociales des entreprises.

Les préoccupations croissantes des consommateurs ont conduit de nombreuses entreprises mondiales à divulguer l’emplacement de leurs usines et à publier des rapports annuels sur les conditions de travail. Mais les opinions divergent quant à la signification réelle du terme « éthique » dans ce contexte. Dans cet article, nous expliquerons ce que les consommateurs entendent par « mode éthique » et la pertinence de ce mouvement.

Histoire de la mode éthique

L’expression « mode éthique » est relativement nouvelle ; le premier document que l’on peut trouver sur le sujet date de 2002. « Éthique et innovation : Une industrie de la mode éthique est-elle un oxymore ?  » : explore la question de savoir comment les créateurs de mode peuvent être plus éthiques, en utilisant une définition large de ce qui constitue un comportement éthique, de la propriété intellectuelle à la durabilité et aux droits de l’homme. Ces dernières années, le débat sur la mode éthique s’est concentré sur les deux derniers facteurs, en négligeant les questions de propriété intellectuelle, qui sont omniprésentes sur le marché mondialisé de la mode.

Les détaillants de fast fashion ont très bien réussi à séduire une grand nombre de consommateurs non seulement parce qu’ils se font concurrence au niveau des prix, mais aussi parce qu’ils font connaître les dernières tendances des défilés au grand public très peu de temps après que les célébrités, les blogueurs de mode et les mannequins aient porté des vêtements similaires à la Fashion Week. C’est un piège très tentant : des vêtements abordables qui ne durent pas éternellement mais qui vous permettent de ressembler à une star.

Ce cercle vicieux de la fast fashion est précisément le cœur du problème : toutes les incitations sont alignées de manière à ce que nous achetions autant que nous le voulons, ce qui envoie un signal aux vendeurs pour qu’ils développent encore plus leurs collections avec les dernières tendances le plus rapidement possible. La pression qui en résulte sur l’environnement et les travailleurs des pays en développement est ce qui a attiré l’attention sur la fast fashion en tant que modèle commercial non durable, mais ces questions sont encore loin d’être connues du grand public et de faire l’objet d’une large couverture médiatique.

Un mouvement inspiré de la slow food

La slow fashion, l’alternative à la fast fashion défend des principes similaires à ceux de la slow food. L’expression « slow fashion » a été inventée dans un article de Kate Fletcher publié en 2007 dans The Ecologist, où elle compare l’industrie de la mode éco / durable / éthique au mouvement slow food.

Le concept de slow fashion emprunte beaucoup au mouvement Slow Food. Fondé par Carlo Petrini en Italie en 1986, le Slow Food lie le plaisir et la nourriture à la conscience et à la responsabilité. Il défend la biodiversité de notre alimentation en s’opposant à la standardisation du goût, défend le besoin d’information des consommateurs et protège les identités culturelles liées à l’alimentation. Il a engendré une foule d’autres mouvements lents.
Parmi les éléments de la slow fashion, on peut citer : l’achat de vêtements vintage, la customisation de vieux vêtements, les achats auprès de petits producteurs, la fabrication de vêtements et d’accessoires à domicile et l’achat de vêtements qui durent plus longtemps. Les nouvelles idées et les innovations en matière de produits redéfinissent constamment la mode lente, de sorte qu’épouser une seule définition reviendrait à nier la nature évolutive du concept.

Les catastrophes liées aux usines de fabrication

D’un point de vue purement commercial, la plupart des économistes considéreraient bon nombre des marques de fast fashion comme des entreprises scandaleusement prospères, à en juger par les recettes, les bénéfices et la croissance. Cependant, ce que beaucoup considèrent comme des politiques d’externalisation et des pratiques commerciales imprudentes ont conduit à une série de catastrophes qui montrent à quel point les modèles commerciaux de certaines de ces entreprises sont de nature non durable. Voici une liste d’événements pour illustrer ce point :
– Zara est accusée de « d’esclavage » au Brésil
– L’effondrement de l’immeuble Rana Plaza au Bangladesh fait 1000 morts
– Benetton admet avoir fabriqué des vêtements dans une usine illégale au Bangladesh qui s’est effondrée et tuant 900 travailleurs….

En fin de compte, nous sommes nombreux à penser que l’accès à des vêtements bon marché ne justifie pas la perte de vies humaines, la cruauté envers les animaux ou les dommages environnementaux excessifs. Et c’est là l’essence même de l’éthique dans la mode éthique.

Étant donné que tout ce qui est considéré comme éthique est subjectif, nous reconnaissons qu’il ne peut y avoir de définition universelle de la mode éthique.

Une définition de la mode éthique

Généralement, nous définissons la mode éthique par rapport à trois piliers principaux, en reconnaissant qu’une définition définitive du terme « éthique » est irréaliste, car ce que chaque individu considère comme éthique est subjectif et dépend de nombreux facteurs culturels et sociaux.

Minimiser l’impact environnemental de la fabrication

Le traitement des eaux usées, l’origine des colorants, des pesticides et des engrais utilisés, ainsi que les agents de pollution générés par les usines sont des facteurs qui peuvent être contrôlés et surveillés afin de réduire dans une certaine mesure les dommages causés aux écosystèmes environnants.

Le fait de causer délibérément des dommages à l’environnement alors que l’on connaît les techniques alternatives permettant de les minimiser est le signe d’un manque de responsabilité des entreprises.

Certains parlent de « mode durable » dans une catégorie distincte de la mode éthique, mais la vérité est que le souci de la durabilité et de l’environnement peut être inclus dans le paradigme éthique de certains, de sorte que nous pensons que tout effort visant à proposer des pratiques commerciales plus durables sur le plan environnemental relève également de la catégorie éthique.

Respecter les droits fondamentaux des travailleurs

De nombreuses discussions autour de ce sujet tournent autour de salaires équitables, d’installations appropriées et sûres et de considérations générales sur la santé des travailleurs. L’externalisation étant devenue une pratique courante dans l’industrie de la mode, traiter avec les lois des différents pays ou leur absence est un véritable défi pour les entreprises qui décident de fabriquer à l’étranger.

Cela a beaucoup changé et différentes tragédies montrant l’absence de conditions de travail sûres dans certaines usines ont renvoyé la responsabilité aux sociétés mères, qui subissent une plus grande pression de la part du public et des médias pour répondre des manquements de leurs fournisseurs. Le non-respect délibéré des droits fondamentaux des personnes simplement parce qu’elles se trouvent dans un pays différent où les lois peuvent être plus faibles ou ne pas être appliquées est un comportement irrespectueux des entreprises et de nombreux consommateurs font un geste de mécontentement en n’achetant pas auprès de ces marques.

Fournir des informations transparentes aux consommateurs

La connaissance accrue du public sur l’injustice sur le lieu de travail, les composants animaux cachés des vêtements et la qualité des fibres utilisées poussent les consommateurs à poser plus de questions et à obtenir plus d’informations avant d’acheter. Fournir des données complètes sur tout détail pertinent d’un produit est un élément essentiel d’un comportement éthique.

Liste des marques éthiques

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire